Etat de l'invasion migratoire en Berry

Drapeau

Buzançais (Indre, 4 468 habitants) : le 16 décembre 2015, la préfecture a signalé que d'ici la fin du premier semestre 2016, l'ancienne gendarmerie de la petite ville, ainsi que des logements sociaux seraient réquisitionnés pour loger quatre-vingt migrants.

Cuzion (Indre, 440 habitants) : l'administration communale a indiqué, le 19 novembre 2015, que le village était en mesure d'accueillir quatre migrants.

Châteauroux (Indre, 45 209 habitants) : dix Syriens ont été accueillis dans la préfecture de l'Indre par l'organisation collaborationniste Coalia, le 17 décembre 2015. Prochainement, vingt-cinq autres envahisseurs devraient être logés dans la ville. Par-ailleurs, la commune devrait également recevoir quatre familles de migrants, aux effectifs encore inconnus.

Bourges (Cher, 67 189 habitants) : quinze migrants en provenance du Calaisis ont été accueillis dans la capitale du Berry, le 30 octobre 2015.

A l'échelle départementale dans l'Indre : huit familles de migrants seront logées à-travers le département, dont quatre dans la préfecture, Châteauroux.

Résistance patriote à Cuzion : le maire Jean-Michel Moné, en revenant du congrès de l'Association des maires de France, a eu une surprise "désagréable" ; à l'emplacement d'un carrefour de la commune, entre deux panneaux routiers, l'individu a pu constater la présence d'une pancarte aux bordures tricolores sur laquelle était écrit : "Nous sommes tous Charles Martel". Le maire, considérant que l'illustre guerrier franc était une grande figure française de la xénophobie médiévale, a aussitôt porté plainte. Le matin précédant cette découverte, ce faux patriote se disait ému par La Marseillaise qu'avaient entonnée les maires présents au congrès. Un tel niveau d'hypocrisie n'est pas en mesure d'être guéri.

×