Section Banlieue

Banlieue

La droite bourgeoise et capitaliste lance sa propagande

Dans le Val-de-Marne, la droite capitaliste et bourgeoise, la droite sioniste de l'hungaro-juif Sarkozy, s'est lancée dans la pêche aux électeurs aujourd'hui, avec Valérie Pécresse, nouvelle présidente d'Ile-de-France et partisane d'une France métissée et fière de l'être, comme organisatrice. Le hors-la-loi Alain Juppé, condamné à une peine carcérale pour prise illégale d'intérêts dans le cadre d'emplois fictifs, semble être le favori de ces "républicains", comme ils se plaisent à être nommés. Ensuite vient Nicolas Sarkozy, le truand, né d'un père hongrois et d'une mère juive, le président désastreux de 2007-2012, et enfin l'europhile François Fillon. Ce soi-disant gaulliste est notamment partisan d'une destruction programmée de la Nature par exploitation de ressources très dangereuses, partisan d'une fusion culturellement et ethniquement suicidaire entre la France et sa vieille ennemie l'Allemagne et, trahissant ses opinions de "droite", plus favorable à un vote à gauche qu'à l'extrême-droite en cas de duel entre les deux bords.

Des occupants gitans abasourdis par un contrôle policier

Afficher l'image d'origine

Des occupants gitans de la Seine-Saint-Denis, logeant sur le terrain Voltaire, ont eu affaire à des contrôles policiers récurrents ces derniers temps. Le dernier contrôle remonte à ce matin, et les occupants ont dit être choqués par cette intervention, somme toute normale. Ils ont déploré d'être pris pour des "terroristes". Pour ces Gitans, l'expérience a été "traumatisante". La dernière intervention policière avait permis l'arrestation de proxénètes, la deuxième a permis d'arrêter un nombre considérables de Gitans impliqués dans des affaires de vols. Une militante de l'organisation collaborationniste Mrap 93 (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples), Agnès Cluzel, a déploré les éventuels amagalmes qui pourraient être faits à-propos de tous ces gitans, à partir de seulement "quelques" individus. La gestion de ce bidonville a suscité des querelles entre socialistes et bolchéviques.

Le Front de Gauche veut lancer une occupation gitane en Ile-de-France

Les élus bolchéviques de Seine-Saint-Denis regrettent la concentration de Gitans dans les grandes villes franciliennes, en périphérie de la capitale ; cette concentration se traduisant par la formation de bidonvilles à-travers le département. Ces traîtres politiques ont en effet émis le souhait de voir ces occupants nomades répartis à-travers les campagnes de la région, afin de rendre leur vie plus correcte. Cette occupation des faubourgs séquanos-dionysiens conduit à des heurts, mais aussi à un surplus de pauvreté, dans ces villes déjà occupées par des étrangers et à la base principalement peuplées d'ouvriers français.

×