Occupation turque à Strasbourg

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce matin, la ville de Strasbourg a été le théâtre d'une occupation, réalisée par près de quinze mille étrangers kurdes, originaires de Turquie. Ces occupants manifestaient pour la libération du chef communiste et indépendantiste du Kurdistan occupé : Abdullah Ocalan. Ne s'agissant pas de manifestant patriotes ou identitaires, l'Etat collaborateur s'est refusé à intervenir. Ainsi sous pression de l'occupant, des tramways ont dû interrompre leur activité, des bus modifié leur itinéraire, des routes ont été bloquées. Le gruyère frontalier qu'est l'espace Schengen a permis à d'autres étrangers kurdes de venir d'Allemagne, afin de grossir les rangs de ce rassemblement. Plutôt que d'intervenir pour faire comprendre aux étrangers qu'ils se doivent d'être discrets chez leur hôte, plutôt que d'intervenir pour assurer une journée vivable sur les routes alsaciennes aux autochtones français, la police prétendument "nationale" a réclamé de la part des citoyens de la patience. Si la situation n'était pas aussi alarmante on pourrait croire à un procédé ironique digne d'une comédie cinématographique...

Police